td.acetonemagazine.org
Nouvelles recettes

Cette conception comprend un restaurant construit dans une falaise de canyon

Cette conception comprend un restaurant construit dans une falaise de canyon



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Un nouveau concept de restaurant pourrait amener la nourriture vers de nouveaux sommets terrifiants

Pourriez-vous profiter d'un repas au-dessus d'un canyon rocheux ?

Le bar à cocktails Copper Canyon conçu par la société de Mexico Tall Arquitectos est perché sur une falaise surplombant les chutes Basaseachic, la deuxième plus haute cascade du Mexique à 807 pieds.

Les aventuriers pouvaient grimper jusqu'au restaurant et descendre en rappel après un repas passionnant.

Le premier étage du bâtiment de deux étages, qui serait construit dans la falaise rocheuse, comprend un restaurant et un bar d'un côté, avec des tables positionnées stratégiquement autour du centre. Le milieu du sol sera en verre, offrant aux clients une vue plongeante sur le magnifique canyon en contrebas.

À l'étage, l'espace dispose d'une terrasse d'observation avec des chaises, des tables et des canapés. Les clients des chutes peuvent même prendre un bain après le dîner dans la piscine.

Pour l'instant, le bar de Copper Canyon n'est qu'une conception, mais ce n'est pas la première habitation à flanc de falaise à semer la peur dans le cœur des acrophobes partout.

L'été dernier, les concepteurs d'Open Platform for Architecture ont créé une magnifique maison nichée dans une falaise rocheuse faite de bois, de verre et de béton. Un design encore plus audacieux simplement appelé « Cliff House » présentait une maison qui apparaît suspendu haut au-dessus de l'océan ci-dessous.

Mais si vous cherchez un espace magnifique pour prendre un verre maintenant, jetez un coup d'œil des designs contemporains plus époustouflants de Tall Arquitectos.

En rapport:

  • Bon en mathematiques? Gagnez une pizza gratuite pour 3,14 ans chez Pizza Hut le jour du Pi
  • Taco Bell lance le menu du petit-déjeuner en dollars
  • Playboy a un nouveau jardin à bière - en Inde
  • Hilton Homewood Suites offrant un service de repas pour les clients de l'hôtel
  • 5 choses à savoir sur le plus grand bateau de croisière du monde

Cet article a été initialement publié le 10 mars 2016


Premier coup d'oeil : le restaurant Aimsir arrive chez Cliff à Lyon

Les premières critiques sont arrivées – avant même que le restaurant ne soit construit – et elles sont extrêmement positives. Le temps d'Aimsir n'est pas tout à fait venu, mais le temps presse et l'anticipation monte autour de ce nouvel ajout à Cliff at Lyons à Co Kildare.

La date d'ouverture du nouveau restaurant de 24 places dans les jardins de l'hôtel a été repoussée à mars, mais une série de soirées d'avant-première – Elements of Aimsir – est lancée ce soir, et une avant-première de presse a eu lieu hier soir. Par la suite, le consensus était qu'il s'agissait d'un ajout très excitant et bienvenu à la scène culinaire irlandaise. Les billets pour la résidence unique, mise en scène dans un chalet du domaine, se sont rapidement vendus.

La prémisse pour le nouveau venu est inhabituelle. Il est présenté comme «un restaurant de toute l'île», avec uniquement des ingrédients de saison originaires d'Irlande utilisés dans la cuisine. Cela signifie pas de citron, pas de poivre noir et beaucoup d'éléments de base d'autres chefs hors de portée également. Même les choses qui ne sont pas indigènes, mais qui peuvent être cultivées ici dans des tunnels, sont interdites.

Le chef cornouaillais Jordan Bailey, auparavant chef du restaurant Maaemo, trois étoiles Michelin d'Esben Holmboe Bang à Oslo, et son épouse danoise et responsable de la réception Majken Bech Bailey, ont été recrutés pour créer le restaurant.

Le couple a passé l'année dernière à parcourir l'Irlande, d'un océan à l'autre, du nord au sud, pour remplir son garde-manger du meilleur de ce que le pays a à offrir. Ils ont été méticuleux dans leurs recherches et ont fait des découvertes révolutionnaires. Ils ont même réussi à trouver un producteur de sucre raffiné à Co Kilkenny, pour compléter le miel de leurs propres ruches.

Elements of Aimsir a été présenté comme "une introduction à la cuisine jordanienne et une chance de découvrir l'hospitalité de Majken". Chaque soir du pop-up, 10 convives s'installeront autour d'une table circulaire dans l'un des cottages en pierre de taille restaurés du domaine, pour ce qui s'affiche comme un menu quatre services (100 €). Mais avec l'ajout de collations, d'un plat de pain et de petits fours, il y a beaucoup plus d'éléments que l'aperçu de la presse a porté sur 10 plats individuels.

Les vins assortis sont issus du spectre biologique, naturel et à faible intervention. De la bière - ils ont eu du mal à en trouver une biologique irlandaise qu'ils aimaient - et une gamme éblouissante de jus et de ferments sans alcool complexes et créatifs imaginés par Bech Bailey, sont également au menu.

Le couple a été rejoint dans le projet par le chef de partie nouvellement recruté Tom Downes, qui a travaillé avec Bailey chez Maaemo, et par la directrice adjointe et sommelière Cathryn Steunenberg, qui était auparavant à Chapter One et Ashford Castle.

Compte tenu du pedigree de Bailey et de ce que le couple s'apprête à réaliser, le projet a suscité un intérêt considérable. « Alors, a-t-il une bonne compréhension du palais irlandais ? » envoyé un message sur mon mobile alors que nous mangions une question d'un ami chef, avide de goûter à ce qui allait arriver.

La réponse à cette question se trouve dans le tout premier élément du menu – la pomme de terre – avec du fromage et de l'ail. Mais pas comme vous pourriez l'imaginer. Les pommes de terre Violetta de Ballymakenny Farm avaient été évidées et remplies de crème Boyne Valley Bán, d'ail noir mariné de Drummond House et de hampes.

Pour le plat de pain, il n'y avait aucun signe du levain omniprésent. Au lieu de cela, Bailey a servi du pain au soda brun, basé sur une recette d'un vieux livre de cuisine irlandais qu'il a récupéré dans un magasin discount, et fabriqué avec de la farine complète de Ballymore Organics. Sur le côté, il y avait une noix de beurre à base de crème crue biologique de la micro-laiterie d'Owen et Mimi Crawford à Co Tipperary

Dans la succession de plats complexes et incroyablement délicieux qui ont suivi, un récit a émergé, et il y avait une familiarité réconfortante. La raison, bien sûr, étant qu'absolument tout (sauf le vin), arrivant à table était d'origine entièrement irlandaise.

Cela ne veut pas dire que Bailey ne fait pas de magie avec le généreux garde-manger de ce pays. Cuisinant sur un Aga domestique et sans accès à la gamme habituelle d'outils et de jouets de chef, lui et Downes ont envoyé une succession de mini-chefs-d'œuvre.

Les points forts comprenaient l'anguille fumée du Lough Neagh avec du jus de fraise verte vieillie, des graines de moutarde marinées et de la capucine. Il y avait de la morue pêchée à la ligne de la côte de Wexford avec des girolles et de la mousse de renne croustillante - et une sauce au pin et au beurre de moules bleues subtile mais éblouissante.

L'arrivée des canards colverts, présentés entiers à table, était précédé de leurs cœurs, embrochés sur des brindilles et servis avec une émulsion de graisse de canard. Le canard colvert est revenu à table en tranches fines, avec «la racine de pissenlit infusée au miel, la betterave fumée aux pétales de rose, la confiture d'églantier trop mûre et la sauce à l'os de colvert».

La glace Newgrange au colza à l'argousier, au jus de citrouille et aux graines de citrouille cassantes risquait d'être éclipsée par le vin qui l'accompagnait. Le millésime 2017 de Killahora Orchards Rare Apple Ice Wine ne sera pas mis en bouteille avant le début de l'année prochaine, mais un échantillon non filtré obtenu pour le pop-up a marqué cette boisson Co Cork comme une boisson à surveiller.


Premier coup d'oeil : le restaurant Aimsir arrive chez Cliff à Lyon

Les premières critiques sont arrivées – avant même que le restaurant ne soit construit – et elles sont extrêmement positives. Le temps d'Aimsir n'est pas tout à fait venu, mais le temps presse et l'anticipation monte autour de ce nouvel ajout à Cliff at Lyons à Co Kildare.

La date d'ouverture du nouveau restaurant de 24 places dans les jardins de l'hôtel a été repoussée à mars, mais une série de soirées d'avant-première – Elements of Aimsir – est lancée ce soir, et une avant-première de presse a eu lieu hier soir. Par la suite, le consensus était qu'il s'agissait d'un ajout très excitant et bienvenu à la scène culinaire irlandaise. Les billets pour la résidence unique, mise en scène dans un chalet du domaine, se sont rapidement vendus.

La prémisse pour le nouveau venu est inhabituelle. Il est présenté comme «un restaurant de toute l'île», avec uniquement des ingrédients de saison originaires d'Irlande utilisés dans la cuisine. Cela signifie pas de citron, pas de poivre noir et beaucoup d'éléments de base d'autres chefs hors de portée également. Même les choses qui ne sont pas indigènes, mais qui peuvent être cultivées ici dans des tunnels, sont interdites.

Le chef de Cornouailles Jordan Bailey, auparavant chef du Maaemo trois étoiles Michelin d'Esben Holmboe Bang à Oslo, et son épouse danoise et responsable de la réception Majken Bech Bailey, ont été recrutés pour créer le restaurant.

Le couple a passé l'année dernière à parcourir l'Irlande, d'un océan à l'autre, du nord au sud, pour remplir son garde-manger du meilleur de ce que le pays a à offrir. Ils ont été méticuleux dans leurs recherches et ont fait des découvertes révolutionnaires. Ils ont même réussi à trouver un producteur de sucre raffiné à Co Kilkenny, pour compléter le miel de leurs propres ruches.

Elements of Aimsir a été présenté comme "une introduction à la cuisine jordanienne et une chance de découvrir l'hospitalité de Majken". Chaque soir du pop-up, 10 convives s'installeront autour d'une table circulaire dans l'un des cottages en pierre de taille restaurés du domaine, pour ce qui s'affiche comme un menu quatre services (100 €). Mais avec l'ajout de collations, d'un plat de pain et de petits fours, il y a beaucoup plus d'éléments que l'aperçu de la presse a porté sur 10 plats individuels.

Les vins assortis sont issus du spectre biologique, naturel et à faible intervention. De la bière - ils ont eu du mal à en trouver une biologique irlandaise qu'ils aimaient - et une gamme éblouissante de jus et de ferments sans alcool complexes et créatifs imaginés par Bech Bailey, sont également au menu.

Le couple a été rejoint dans le projet par le chef de partie nouvellement recruté Tom Downes, qui a travaillé avec Bailey chez Maaemo, et par la directrice adjointe et sommelière Cathryn Steunenberg, qui était auparavant à Chapter One et Ashford Castle.

Compte tenu du pedigree de Bailey et de ce que le couple s'apprête à réaliser, le projet a suscité un intérêt considérable. « Alors, a-t-il une bonne compréhension du palais irlandais ? » envoyé un message sur mon mobile alors que nous mangions une question d'un ami chef, avide de goûter à ce qui allait arriver.

La réponse à cette question se trouve dans le tout premier élément du menu – la pomme de terre – avec du fromage et de l'ail. Mais pas comme vous pourriez l'imaginer. Les pommes de terre Violetta de Ballymakenny Farm avaient été évidées et remplies de crème Boyne Valley Bán, d'ail noir mariné de Drummond House et de hampes.

Pour le plat de pain, il n'y avait aucun signe du levain omniprésent. Au lieu de cela, Bailey a servi du pain au soda brun, basé sur une recette d'un vieux livre de cuisine irlandais qu'il a récupéré dans un magasin discount, et fabriqué avec de la farine complète de Ballymore Organics. Sur le côté, il y avait une noix de beurre à base de crème crue biologique de la micro-laiterie d'Owen et Mimi Crawford à Co Tipperary

Dans la succession de plats complexes et incroyablement délicieux qui ont suivi, un récit a émergé, et il y avait une familiarité réconfortante. La raison, bien sûr, étant qu'absolument tout (sauf le vin), arrivant à table était d'origine entièrement irlandaise.

Cela ne veut pas dire que Bailey ne fait pas de magie avec le généreux garde-manger de ce pays. Cuisinant sur un Aga domestique et sans accès à la gamme habituelle d'outils et de jouets de chef, lui et Downes ont envoyé une succession de mini-chefs-d'œuvre.

Les points forts comprenaient l'anguille fumée du Lough Neagh avec du jus de fraise verte vieillie, des graines de moutarde marinées et de la capucine. Il y avait de la morue pêchée à la ligne de la côte de Wexford avec des girolles et de la mousse de renne croustillante - et une sauce au pin et au beurre de moules bleues subtile mais éblouissante.

L'arrivée des canards colverts, présentés entiers à table, était précédé de leurs cœurs, embrochés sur des brindilles et servis avec une émulsion de graisse de canard. Le canard colvert est revenu à table en tranches fines, avec «la racine de pissenlit infusée au miel, la betterave fumée aux pétales de rose, la confiture d'églantier trop mûre et la sauce à l'os de colvert».

La glace Newgrange au colza à l'argousier, au jus de citrouille et aux graines de citrouille cassantes risquait d'être éclipsée par le vin qui l'accompagnait. Le millésime 2017 de Killahora Orchards Rare Apple Ice Wine ne sera pas mis en bouteille avant le début de l'année prochaine, mais un échantillon non filtré obtenu pour le pop-up a marqué cette boisson Co Cork comme une boisson à surveiller.


Premier coup d'oeil : le restaurant Aimsir arrive chez Cliff à Lyon

Les premières critiques sont arrivées – avant même que le restaurant ne soit construit – et elles sont extrêmement positives. Le temps d'Aimsir n'est pas tout à fait venu, mais le temps presse et l'anticipation monte autour de ce nouvel ajout à Cliff at Lyons à Co Kildare.

La date d'ouverture du nouveau restaurant de 24 places dans les jardins de l'hôtel a été repoussée à mars, mais une série de soirées d'avant-première – Elements of Aimsir – est lancée ce soir, et une avant-première de presse a eu lieu hier soir. Par la suite, le consensus était qu'il s'agissait d'un ajout très excitant et bienvenu à la scène culinaire irlandaise. Les billets pour la résidence unique, mise en scène dans un chalet du domaine, se sont rapidement vendus.

La prémisse pour le nouveau venu est inhabituelle. Il est présenté comme «un restaurant de toute l'île», avec uniquement des ingrédients de saison originaires d'Irlande utilisés dans la cuisine. Cela signifie pas de citron, pas de poivre noir et beaucoup d'éléments de base d'autres chefs hors de portée également. Même les choses qui ne sont pas indigènes, mais qui peuvent être cultivées ici dans des tunnels, sont interdites.

Le chef de Cornouailles Jordan Bailey, auparavant chef du Maaemo trois étoiles Michelin d'Esben Holmboe Bang à Oslo, et son épouse danoise et responsable de la réception Majken Bech Bailey, ont été recrutés pour créer le restaurant.

Le couple a passé l'année dernière à parcourir l'Irlande, d'un océan à l'autre, du nord au sud, pour remplir son garde-manger du meilleur de ce que le pays a à offrir. Ils ont été méticuleux dans leurs recherches et ont fait des découvertes révolutionnaires. Ils ont même réussi à trouver un producteur de sucre raffiné à Co Kilkenny, pour compléter le miel de leurs propres ruches.

Elements of Aimsir a été présenté comme "une introduction à la cuisine jordanienne et une chance de découvrir l'hospitalité de Majken". Chaque soir du pop-up, 10 convives s'installeront autour d'une table circulaire dans l'un des cottages en pierre de taille restaurés du domaine, pour ce qui s'affiche comme un menu quatre services (100 €). Mais avec l'ajout de collations, d'un plat de pain et de petits fours, il y a beaucoup plus d'éléments que l'aperçu de la presse a porté sur 10 plats individuels.

Les vins assortis sont issus du spectre biologique, naturel et à faible intervention. De la bière – ils ont eu du mal à en trouver une biologique irlandaise qui leur plaisait – et une gamme éblouissante de jus et de ferments sans alcool complexes et créatifs imaginés par Bech Bailey, sont également au menu.

Le couple a été rejoint dans le projet par le chef de partie nouvellement recruté Tom Downes, qui a travaillé avec Bailey chez Maaemo, et par la directrice adjointe et sommelière Cathryn Steunenberg, qui était auparavant à Chapter One et Ashford Castle.

Compte tenu du pedigree de Bailey et de ce que le couple s'apprête à réaliser, le projet a suscité un intérêt considérable. « Alors, a-t-il une bonne compréhension du palais irlandais ? » envoyé un message sur mon mobile alors que nous mangions une question d'un ami chef, avide de goûter à ce qui allait arriver.

La réponse à cette question se trouve dans le tout premier élément du menu – la pomme de terre – avec du fromage et de l'ail. Mais pas comme vous pourriez l'imaginer. Les pommes de terre Violetta de Ballymakenny Farm avaient été évidées et remplies de crème Boyne Valley Bán, d'ail noir mariné de Drummond House et de hampes.

Pour le plat de pain, il n'y avait aucun signe du levain omniprésent. Au lieu de cela, Bailey a servi du pain au soda brun, basé sur une recette d'un vieux livre de cuisine irlandais qu'il a récupéré dans un magasin discount, et fabriqué avec de la farine complète de Ballymore Organics. Sur le côté, il y avait une noix de beurre à base de crème crue biologique de la micro-laiterie d'Owen et Mimi Crawford à Co Tipperary

Dans la succession de plats complexes et incroyablement délicieux qui ont suivi, un récit a émergé, et il y avait une familiarité réconfortante. La raison, bien sûr, étant qu'absolument tout (sauf le vin), arrivant à table était d'origine entièrement irlandaise.

Cela ne veut pas dire que Bailey ne fait pas de magie avec le généreux garde-manger de ce pays. Cuisinant sur un Aga domestique et sans accès à la gamme habituelle d'outils et de jouets de chef, lui et Downes ont envoyé une succession de mini-chefs-d'œuvre.

Les points forts comprenaient l'anguille fumée du Lough Neagh avec du jus de fraise verte vieillie, des graines de moutarde marinées et de la capucine. Il y avait de la morue pêchée à la ligne de la côte de Wexford avec des girolles et de la mousse de renne croustillante - et une sauce au pin et au beurre de moules bleues subtile mais éblouissante.

L'arrivée des canards colverts, présentés entiers à table, était précédé de leurs cœurs, embrochés sur des brindilles et servis avec une émulsion de graisse de canard. Le canard colvert est revenu à table en tranches fines, avec «la racine de pissenlit infusée au miel, la betterave fumée aux pétales de rose, la confiture d'églantier trop mûre et la sauce à l'os de colvert».

La glace Newgrange au colza à l'argousier, au jus de citrouille et aux graines de citrouille cassantes risquait d'être éclipsée par le vin qui l'accompagnait. Le millésime 2017 de Killahora Orchards Rare Apple Ice Wine ne sera pas mis en bouteille avant le début de l'année prochaine, mais un échantillon non filtré obtenu pour le pop-up a marqué cette boisson Co Cork comme une boisson à surveiller.


Premier coup d'oeil : le restaurant Aimsir arrive chez Cliff à Lyon

Les premières critiques sont arrivées – avant même que le restaurant ne soit construit – et elles sont extrêmement positives. Le temps d'Aimsir n'est pas tout à fait venu, mais le temps presse et l'anticipation monte autour de ce nouvel ajout à Cliff at Lyons à Co Kildare.

La date d'ouverture du nouveau restaurant de 24 places dans les jardins de l'hôtel a été repoussée à mars, mais une série de soirées d'avant-première – Elements of Aimsir – est lancée ce soir, et une avant-première de presse a eu lieu hier soir. Par la suite, le consensus était qu'il s'agissait d'un ajout très excitant et bienvenu à la scène culinaire irlandaise. Les billets pour la résidence unique, mise en scène dans un chalet du domaine, se sont rapidement vendus.

La prémisse pour le nouveau venu est inhabituelle. Il est présenté comme «un restaurant de toute l'île», avec uniquement des ingrédients de saison originaires d'Irlande utilisés dans la cuisine. Cela signifie pas de citron, pas de poivre noir et beaucoup d'éléments de base d'autres chefs hors de portée également. Même les choses qui ne sont pas indigènes, mais qui peuvent être cultivées ici dans des tunnels, sont interdites.

Le chef cornouaillais Jordan Bailey, auparavant chef du restaurant Maaemo, trois étoiles Michelin d'Esben Holmboe Bang à Oslo, et son épouse danoise et responsable de la réception Majken Bech Bailey, ont été recrutés pour créer le restaurant.

Le couple a passé l'année dernière à parcourir l'Irlande, d'un océan à l'autre, du nord au sud, pour remplir son garde-manger du meilleur de ce que le pays a à offrir. Ils ont été méticuleux dans leurs recherches et ont fait des découvertes révolutionnaires. Ils ont même réussi à trouver un producteur de sucre raffiné à Co Kilkenny, pour compléter le miel de leurs propres ruches.

Elements of Aimsir a été présenté comme "une introduction à la cuisine jordanienne et une chance de découvrir l'hospitalité de Majken". Chaque soir du pop-up, 10 convives s'installeront autour d'une table circulaire dans l'un des cottages en pierre de taille restaurés du domaine, pour ce qui s'affiche comme un menu quatre services (100 €). Mais avec l'ajout de collations, d'un plat de pain et de petits fours, il y a beaucoup plus d'éléments que l'aperçu de la presse a porté sur 10 plats individuels.

Les vins assortis sont issus du spectre biologique, naturel et à faible intervention. De la bière – ils ont eu du mal à en trouver une biologique irlandaise qui leur plaisait – et une gamme éblouissante de jus et de ferments sans alcool complexes et créatifs imaginés par Bech Bailey, sont également au menu.

Le couple a été rejoint dans le projet par le chef de partie nouvellement recruté Tom Downes, qui a travaillé avec Bailey chez Maaemo, et par la directrice adjointe et sommelière Cathryn Steunenberg, qui était auparavant à Chapter One et Ashford Castle.

Compte tenu du pedigree de Bailey et de ce que le couple s'apprête à réaliser, le projet a suscité un intérêt considérable. « Alors, a-t-il une bonne compréhension du palais irlandais ? » envoyé un message sur mon mobile alors que nous mangions une question d'un ami chef, avide de goûter à ce qui allait arriver.

La réponse à cette question se trouve dans le tout premier élément du menu – la pomme de terre – avec du fromage et de l'ail. Mais pas comme vous pourriez l'imaginer. Les pommes de terre Violetta de Ballymakenny Farm avaient été évidées et remplies de crème Boyne Valley Bán, d'ail noir mariné de Drummond House et de hampes.

Pour le plat de pain, il n'y avait aucun signe du levain omniprésent. Au lieu de cela, Bailey a servi du pain au soda brun, basé sur une recette d'un vieux livre de cuisine irlandais qu'il a récupéré dans un magasin discount, et fabriqué avec de la farine complète de Ballymore Organics. Sur le côté, il y avait une noix de beurre à base de crème crue biologique de la micro-laiterie d'Owen et Mimi Crawford à Co Tipperary

Dans la succession de plats complexes et incroyablement délicieux qui ont suivi, un récit a émergé, et il y avait une familiarité réconfortante. La raison, bien sûr, étant qu'absolument tout (sauf le vin), arrivant à table était d'origine entièrement irlandaise.

Cela ne veut pas dire que Bailey ne fait pas de magie avec le généreux garde-manger de ce pays. Cuisinant sur un Aga domestique et sans accès à la gamme habituelle d'outils et de jouets de chef, lui et Downes ont envoyé une succession de mini-chefs-d'œuvre.

Les points forts comprenaient l'anguille fumée du Lough Neagh avec du jus de fraise verte vieillie, des graines de moutarde marinées et de la capucine. Il y avait de la morue pêchée à la ligne de la côte de Wexford avec des girolles et de la mousse de renne croustillante - et une sauce au pin et au beurre de moules bleues subtile mais éblouissante.

L'arrivée des canards colverts, présentés entiers à table, était précédé de leurs cœurs, embrochés sur des brindilles et servis avec une émulsion de graisse de canard. Le colvert est revenu à la table en tranches fines, avec « la racine de pissenlit infusée au miel, la betterave fumée aux pétales de rose, la confiture d'églantier trop mûre et la sauce à l'os de colvert ».

La glace Newgrange au colza à l'argousier, au jus de citrouille et aux graines de citrouille cassantes risquait d'être éclipsée par le vin qui l'accompagnait. Le millésime 2017 de Killahora Orchards Rare Apple Ice Wine ne sera pas mis en bouteille avant le début de l'année prochaine, mais un échantillon non filtré obtenu pour le pop-up a marqué cette boisson Co Cork comme une boisson à surveiller.


Premier coup d'oeil : le restaurant Aimsir arrive chez Cliff à Lyon

Les premières critiques sont arrivées – avant même que le restaurant ne soit construit – et elles sont extrêmement positives. Le temps d'Aimsir n'est pas tout à fait venu, mais le temps presse et l'anticipation monte autour de ce nouvel ajout à Cliff at Lyons à Co Kildare.

La date d'ouverture du nouveau restaurant de 24 places dans les jardins de l'hôtel a été repoussée à mars, mais une série de soirées d'avant-première – Elements of Aimsir – est lancée ce soir, et une avant-première de presse a eu lieu hier soir. Par la suite, le consensus était qu'il s'agissait d'un ajout très excitant et bienvenu à la scène culinaire irlandaise. Les billets pour la résidence unique, mise en scène dans un chalet du domaine, se sont rapidement vendus.

La prémisse pour le nouveau venu est inhabituelle. Il est présenté comme «un restaurant de toute l'île», avec uniquement des ingrédients de saison originaires d'Irlande utilisés dans la cuisine. Cela signifie pas de citron, pas de poivre noir et beaucoup d'éléments de base d'autres chefs hors de portée également. Même les choses qui ne sont pas indigènes, mais qui peuvent être cultivées ici dans des tunnels, sont interdites.

Le chef de Cornouailles Jordan Bailey, auparavant chef du Maaemo trois étoiles Michelin d'Esben Holmboe Bang à Oslo, et son épouse danoise et responsable de la réception Majken Bech Bailey, ont été recrutés pour créer le restaurant.

Le couple a passé l'année dernière à parcourir l'Irlande, d'un océan à l'autre, du nord au sud, pour remplir son garde-manger du meilleur de ce que le pays a à offrir. Ils ont été méticuleux dans leurs recherches et ont fait des découvertes révolutionnaires. Ils ont même réussi à trouver un producteur de sucre raffiné à Co Kilkenny, pour compléter le miel de leurs propres ruches.

Elements of Aimsir a été présenté comme "une introduction à la cuisine jordanienne et une chance de découvrir l'hospitalité de Majken". Chaque soir du pop-up, 10 convives s'installeront autour d'une table circulaire dans l'un des cottages en pierre de taille restaurés du domaine, pour ce qui s'affiche comme un menu quatre services (100 €). Mais avec l'ajout de collations, d'un plat de pain et de petits fours, il y a beaucoup plus d'éléments que l'aperçu de la presse a porté sur 10 plats individuels.

Les vins assortis sont issus du spectre biologique, naturel et à faible intervention. De la bière – ils ont eu du mal à en trouver une biologique irlandaise qui leur plaisait – et une gamme éblouissante de jus et de ferments sans alcool complexes et créatifs imaginés par Bech Bailey, sont également au menu.

Le couple a été rejoint dans le projet par le chef de partie nouvellement recruté Tom Downes, qui a travaillé avec Bailey chez Maaemo, et par la directrice adjointe et sommelière Cathryn Steunenberg, qui était auparavant à Chapter One et Ashford Castle.

Compte tenu du pedigree de Bailey et de ce que le couple s'apprête à réaliser, le projet a suscité un intérêt considérable. « Alors, a-t-il une bonne compréhension du palais irlandais ? » envoyé un message sur mon mobile alors que nous mangions une question d'un ami chef, avide de goûter à ce qui allait arriver.

La réponse à cette question se trouve dans le tout premier élément du menu – la pomme de terre – avec du fromage et de l'ail. Mais pas comme vous pourriez l'imaginer. Les pommes de terre Violetta de Ballymakenny Farm avaient été évidées et remplies de crème Boyne Valley Bán, d'ail noir mariné de Drummond House et de hampes.

Pour le plat de pain, il n'y avait aucun signe du levain omniprésent. Au lieu de cela, Bailey a servi du pain au soda brun, basé sur une recette d'un vieux livre de cuisine irlandais qu'il a récupéré dans un magasin discount, et fabriqué avec de la farine complète de Ballymore Organics. Sur le côté, il y avait une noix de beurre à base de crème crue biologique de la micro-laiterie d'Owen et Mimi Crawford à Co Tipperary

Dans la succession de plats complexes et incroyablement délicieux qui ont suivi, un récit a émergé, et il y avait une familiarité réconfortante. La raison, bien sûr, étant qu'absolument tout (sauf le vin), arrivant à table était d'origine entièrement irlandaise.

Cela ne veut pas dire que Bailey ne fait pas de magie avec le généreux garde-manger de ce pays. Cuisinant sur un Aga domestique et sans accès à la gamme habituelle d'outils et de jouets de chef, lui et Downes ont envoyé une succession de mini-chefs-d'œuvre.

Les points forts comprenaient l'anguille fumée du Lough Neagh avec du jus de fraise verte vieillie, des graines de moutarde marinées et de la capucine. Il y avait de la morue pêchée à la ligne de la côte de Wexford avec des girolles et de la mousse de renne croustillante – et une sauce subtile mais incroyablement efficace – au pin et au beurre de moules bleues.

L'arrivée des canards colverts, présentés entiers à table, était précédé de leurs cœurs, embrochés sur des brindilles et servis avec une émulsion de graisse de canard. Le colvert est revenu sur la table en tranches fines, avec « de la racine de pissenlit infusée au miel, de la betterave fumée aux pétales de rose, de la confiture d'églantier trop mûre et de la sauce à l'os de colvert ».

La glace Newgrange au colza à l'argousier, au jus de citrouille et aux graines de citrouille cassantes risquait d'être éclipsée par le vin qui l'accompagnait. Le millésime 2017 de Killahora Orchards Rare Apple Ice Wine ne sera pas mis en bouteille avant le début de l'année prochaine, mais un échantillon non filtré obtenu pour le pop-up a marqué cette boisson Co Cork comme une boisson à surveiller.


Premier coup d'oeil : le restaurant Aimsir arrive chez Cliff à Lyon

Les premières critiques sont arrivées – avant même que le restaurant ne soit construit – et elles sont extrêmement positives. Le temps d'Aimsir n'est pas tout à fait venu, mais le temps presse et l'anticipation monte autour de ce nouvel ajout à Cliff at Lyons à Co Kildare.

La date d'ouverture du nouveau restaurant de 24 places dans les jardins de l'hôtel a été repoussée à mars, mais une série de soirées d'avant-première – Elements of Aimsir – est lancée ce soir, et une avant-première de presse a eu lieu hier soir. Par la suite, le consensus était qu'il s'agissait d'un ajout très excitant et bienvenu à la scène culinaire irlandaise. Les billets pour la résidence unique, mise en scène dans un chalet du domaine, se sont rapidement vendus.

La prémisse pour le nouveau venu est inhabituelle. Il est présenté comme «un restaurant de toute l'île», avec uniquement des ingrédients de saison originaires d'Irlande utilisés dans la cuisine. Cela signifie pas de citron, pas de poivre noir et beaucoup d'éléments de base d'autres chefs hors de portée également. Même les choses qui ne sont pas indigènes, mais qui peuvent être cultivées ici dans des tunnels, sont interdites.

Le chef cornouaillais Jordan Bailey, auparavant chef du restaurant Maaemo, trois étoiles Michelin d'Esben Holmboe Bang à Oslo, et son épouse danoise et responsable de la réception Majken Bech Bailey, ont été recrutés pour créer le restaurant.

Le couple a passé l'année dernière à parcourir l'Irlande, d'un océan à l'autre, du nord au sud, pour remplir son garde-manger du meilleur de ce que le pays a à offrir. Ils ont été méticuleux dans leurs recherches et ont fait des découvertes révolutionnaires. Ils ont même réussi à trouver un producteur de sucre raffiné à Co Kilkenny, pour compléter le miel de leurs propres ruches.

Elements of Aimsir a été présenté comme "une introduction à la cuisine jordanienne et une chance de découvrir l'hospitalité de Majken". Chaque soir du pop-up, 10 convives s'installeront autour d'une table circulaire dans l'un des cottages en pierre de taille restaurés du domaine, pour ce qui est présenté comme un menu quatre services (100 €). Mais avec l'ajout de collations, d'un plat de pain et de petits fours, il y a beaucoup plus d'éléments que l'aperçu de la presse a porté sur 10 plats individuels.

Les vins assortis sont issus du spectre biologique, naturel et à faible intervention. De la bière – ils ont eu du mal à en trouver une biologique irlandaise qui leur plaisait – et une gamme éblouissante de jus et de ferments sans alcool complexes et créatifs imaginés par Bech Bailey, sont également au menu.

Le couple a été rejoint dans le projet par le chef de partie nouvellement recruté Tom Downes, qui a travaillé avec Bailey chez Maaemo, et par la directrice adjointe et sommelière Cathryn Steunenberg, qui était auparavant à Chapter One et Ashford Castle.

Bearing in mind Bailey’s pedigree, and what the couple are setting out to achieve, there has been considerable interest in the project. “So, does he have a good understanding of the Irish palate?” pinged a message on my mobile as we ate a question from a chef pal, hungry for a taste of what is to come.

The answer to that question can be found in the very first thing that featured on the menu – potato – with cheese and garlic. But not as you might imagine it. Ballymakenny Farm’s Violetta potatoes had been hollowed out and filled with Boyne Valley Bán cream, pickled Drummond House black garlic and scapes.

For the bread course, there was no sign of the ubiquitous sourdough. Instead, Bailey served brown soda bread, based on a recipe in an old Irish cookbook he picked up in a discount store, and made with Ballymore Organics heritage wholegrain flour. On the side was a pat of butter made with organic, raw cream from Owen and Mimi Crawford’s micro-dairy in Co Tipperary

In the succession of intricate, incredibly delicious dishes that followed, a narrative emerged, and it had a comforting familiarity to it. The reason, of course, being that absolutely everything (except the wine), arriving at the table was thoroughly Irish in its origin.

That’s not to say Bailey isn’t making magic with this country’s bountiful larder. Cooking on a domestic Aga, and without access to the usual array of chefs’ tools and toys, he and Downes sent out a succession of mini masterpieces.

Highlights included Lough Neagh smoked eel with aged green strawberry juice, pickled mustard seeds and nasturtium. There was line caught cod from the Wexford coast with chanterelle mushroom and crisp reindeer moss – and a subtle, but dazzlingly effective – pine and blue mussel butter sauce.

The arrival of the mallard ducks, presented whole to the table, was preceded by their hearts, skewered on twigs and served with an emulsion of duck fat. The mallard returned to the table in wafer thin slices, with “honey infused dandelion root, smoked beetroot with rose petal, over-ripe rosehip conserve and mallard bone sauce”.

Newgrange rapeseed ice cream with sea buckthorn, pumpkin juice and pumpkin seed brittle was in danger of being overshadowed by the wine that accompanied it. Killahora Orchards Rare Apple Ice Wine 2017 vintage won’t be bottled until early next year, but an unfiltered sample obtained for the pop-up marked this Co Cork beverage out as one to watch.


First Look: Aimsir restaurant coming to Cliff at Lyons

The first reviews are in – even before the restaurant is built – and they’re resoundingly positive. Aimsir’s time hasn’t quite come, but the clock is ticking, and anticipation is mounting around this new addition to Cliff at Lyons in Co Kildare.

The opening date for the new 24-seat restaurant in the gardens of the hotel has been pushed out to March, but a series of preview evenings – Elements of Aimsir – launches tonight, and a press preview was held last night. Afterwards, the consensus was that this is a very exciting and welcome addition to the Irish dining scene. Tickets for the one-off residency, staged in a cottage on the estate, sold out rapidly.

The premise for the newcomer is unusual. It is being billed as “an all-island restaurant”, with only seasonal ingredients that are native to Ireland being used in the kitchen. That means no lemon, no black pepper, and plenty of other chefs’ building blocks out of reach, too. Even things that are not indigenous, but can be grown here in polytunnels, are out of bounds.

Cornish chef Jordan Bailey, previously head chef at Esben Holmboe Bang’s three Michelin star Maaemo in Oslo, and his Danish wife and front of house manager Majken Bech Bailey, were recruited to set up the restaurant.

The couple have spent the past year traversing Ireland, from coast to coast, north to south, to fill their larder with the best that the country has to offer. They have been meticulous in their research, and have made some ground breaking discoveries. They’ve even managed to find a producer of refined sugar in Co Kilkenny, to supplement the honey their own beehives are contributing.

Elements of Aimsir was billed as “an introduction to Jordan’s cooking and a chance to experience Majken’s hospitality.” Each evening of the pop-up, 10 guests will sit around a circular table in one of the estate’s restored cut-stone cottages, for what is billed as a four-course menu (€100). But with the addition of snacks, a bread course and petits fours, there are many more elements the press preview ran to 10 individual dishes.

Matching wines are from the organic, natural and low-intervention spectrum. Beer – they have struggled to find an Irish organic one they liked – and a dazzling array of complex and creative non-alcoholic juices and ferments dreamt up by Bech Bailey, also feature.

The couple have been joined in the project by newly recruited chef de partie Tom Downes, who worked with Bailey at Maaemo, and by assistant manager and sommelier Cathryn Steunenberg, who was formerly at Chapter One and Ashford Castle

Bearing in mind Bailey’s pedigree, and what the couple are setting out to achieve, there has been considerable interest in the project. “So, does he have a good understanding of the Irish palate?” pinged a message on my mobile as we ate a question from a chef pal, hungry for a taste of what is to come.

The answer to that question can be found in the very first thing that featured on the menu – potato – with cheese and garlic. But not as you might imagine it. Ballymakenny Farm’s Violetta potatoes had been hollowed out and filled with Boyne Valley Bán cream, pickled Drummond House black garlic and scapes.

For the bread course, there was no sign of the ubiquitous sourdough. Instead, Bailey served brown soda bread, based on a recipe in an old Irish cookbook he picked up in a discount store, and made with Ballymore Organics heritage wholegrain flour. On the side was a pat of butter made with organic, raw cream from Owen and Mimi Crawford’s micro-dairy in Co Tipperary

In the succession of intricate, incredibly delicious dishes that followed, a narrative emerged, and it had a comforting familiarity to it. The reason, of course, being that absolutely everything (except the wine), arriving at the table was thoroughly Irish in its origin.

That’s not to say Bailey isn’t making magic with this country’s bountiful larder. Cooking on a domestic Aga, and without access to the usual array of chefs’ tools and toys, he and Downes sent out a succession of mini masterpieces.

Highlights included Lough Neagh smoked eel with aged green strawberry juice, pickled mustard seeds and nasturtium. There was line caught cod from the Wexford coast with chanterelle mushroom and crisp reindeer moss – and a subtle, but dazzlingly effective – pine and blue mussel butter sauce.

The arrival of the mallard ducks, presented whole to the table, was preceded by their hearts, skewered on twigs and served with an emulsion of duck fat. The mallard returned to the table in wafer thin slices, with “honey infused dandelion root, smoked beetroot with rose petal, over-ripe rosehip conserve and mallard bone sauce”.

Newgrange rapeseed ice cream with sea buckthorn, pumpkin juice and pumpkin seed brittle was in danger of being overshadowed by the wine that accompanied it. Killahora Orchards Rare Apple Ice Wine 2017 vintage won’t be bottled until early next year, but an unfiltered sample obtained for the pop-up marked this Co Cork beverage out as one to watch.


First Look: Aimsir restaurant coming to Cliff at Lyons

The first reviews are in – even before the restaurant is built – and they’re resoundingly positive. Aimsir’s time hasn’t quite come, but the clock is ticking, and anticipation is mounting around this new addition to Cliff at Lyons in Co Kildare.

The opening date for the new 24-seat restaurant in the gardens of the hotel has been pushed out to March, but a series of preview evenings – Elements of Aimsir – launches tonight, and a press preview was held last night. Afterwards, the consensus was that this is a very exciting and welcome addition to the Irish dining scene. Tickets for the one-off residency, staged in a cottage on the estate, sold out rapidly.

The premise for the newcomer is unusual. It is being billed as “an all-island restaurant”, with only seasonal ingredients that are native to Ireland being used in the kitchen. That means no lemon, no black pepper, and plenty of other chefs’ building blocks out of reach, too. Even things that are not indigenous, but can be grown here in polytunnels, are out of bounds.

Cornish chef Jordan Bailey, previously head chef at Esben Holmboe Bang’s three Michelin star Maaemo in Oslo, and his Danish wife and front of house manager Majken Bech Bailey, were recruited to set up the restaurant.

The couple have spent the past year traversing Ireland, from coast to coast, north to south, to fill their larder with the best that the country has to offer. They have been meticulous in their research, and have made some ground breaking discoveries. They’ve even managed to find a producer of refined sugar in Co Kilkenny, to supplement the honey their own beehives are contributing.

Elements of Aimsir was billed as “an introduction to Jordan’s cooking and a chance to experience Majken’s hospitality.” Each evening of the pop-up, 10 guests will sit around a circular table in one of the estate’s restored cut-stone cottages, for what is billed as a four-course menu (€100). But with the addition of snacks, a bread course and petits fours, there are many more elements the press preview ran to 10 individual dishes.

Matching wines are from the organic, natural and low-intervention spectrum. Beer – they have struggled to find an Irish organic one they liked – and a dazzling array of complex and creative non-alcoholic juices and ferments dreamt up by Bech Bailey, also feature.

The couple have been joined in the project by newly recruited chef de partie Tom Downes, who worked with Bailey at Maaemo, and by assistant manager and sommelier Cathryn Steunenberg, who was formerly at Chapter One and Ashford Castle

Bearing in mind Bailey’s pedigree, and what the couple are setting out to achieve, there has been considerable interest in the project. “So, does he have a good understanding of the Irish palate?” pinged a message on my mobile as we ate a question from a chef pal, hungry for a taste of what is to come.

The answer to that question can be found in the very first thing that featured on the menu – potato – with cheese and garlic. But not as you might imagine it. Ballymakenny Farm’s Violetta potatoes had been hollowed out and filled with Boyne Valley Bán cream, pickled Drummond House black garlic and scapes.

For the bread course, there was no sign of the ubiquitous sourdough. Instead, Bailey served brown soda bread, based on a recipe in an old Irish cookbook he picked up in a discount store, and made with Ballymore Organics heritage wholegrain flour. On the side was a pat of butter made with organic, raw cream from Owen and Mimi Crawford’s micro-dairy in Co Tipperary

In the succession of intricate, incredibly delicious dishes that followed, a narrative emerged, and it had a comforting familiarity to it. The reason, of course, being that absolutely everything (except the wine), arriving at the table was thoroughly Irish in its origin.

That’s not to say Bailey isn’t making magic with this country’s bountiful larder. Cooking on a domestic Aga, and without access to the usual array of chefs’ tools and toys, he and Downes sent out a succession of mini masterpieces.

Highlights included Lough Neagh smoked eel with aged green strawberry juice, pickled mustard seeds and nasturtium. There was line caught cod from the Wexford coast with chanterelle mushroom and crisp reindeer moss – and a subtle, but dazzlingly effective – pine and blue mussel butter sauce.

The arrival of the mallard ducks, presented whole to the table, was preceded by their hearts, skewered on twigs and served with an emulsion of duck fat. The mallard returned to the table in wafer thin slices, with “honey infused dandelion root, smoked beetroot with rose petal, over-ripe rosehip conserve and mallard bone sauce”.

Newgrange rapeseed ice cream with sea buckthorn, pumpkin juice and pumpkin seed brittle was in danger of being overshadowed by the wine that accompanied it. Killahora Orchards Rare Apple Ice Wine 2017 vintage won’t be bottled until early next year, but an unfiltered sample obtained for the pop-up marked this Co Cork beverage out as one to watch.


First Look: Aimsir restaurant coming to Cliff at Lyons

The first reviews are in – even before the restaurant is built – and they’re resoundingly positive. Aimsir’s time hasn’t quite come, but the clock is ticking, and anticipation is mounting around this new addition to Cliff at Lyons in Co Kildare.

The opening date for the new 24-seat restaurant in the gardens of the hotel has been pushed out to March, but a series of preview evenings – Elements of Aimsir – launches tonight, and a press preview was held last night. Afterwards, the consensus was that this is a very exciting and welcome addition to the Irish dining scene. Tickets for the one-off residency, staged in a cottage on the estate, sold out rapidly.

The premise for the newcomer is unusual. It is being billed as “an all-island restaurant”, with only seasonal ingredients that are native to Ireland being used in the kitchen. That means no lemon, no black pepper, and plenty of other chefs’ building blocks out of reach, too. Even things that are not indigenous, but can be grown here in polytunnels, are out of bounds.

Cornish chef Jordan Bailey, previously head chef at Esben Holmboe Bang’s three Michelin star Maaemo in Oslo, and his Danish wife and front of house manager Majken Bech Bailey, were recruited to set up the restaurant.

The couple have spent the past year traversing Ireland, from coast to coast, north to south, to fill their larder with the best that the country has to offer. They have been meticulous in their research, and have made some ground breaking discoveries. They’ve even managed to find a producer of refined sugar in Co Kilkenny, to supplement the honey their own beehives are contributing.

Elements of Aimsir was billed as “an introduction to Jordan’s cooking and a chance to experience Majken’s hospitality.” Each evening of the pop-up, 10 guests will sit around a circular table in one of the estate’s restored cut-stone cottages, for what is billed as a four-course menu (€100). But with the addition of snacks, a bread course and petits fours, there are many more elements the press preview ran to 10 individual dishes.

Matching wines are from the organic, natural and low-intervention spectrum. Beer – they have struggled to find an Irish organic one they liked – and a dazzling array of complex and creative non-alcoholic juices and ferments dreamt up by Bech Bailey, also feature.

The couple have been joined in the project by newly recruited chef de partie Tom Downes, who worked with Bailey at Maaemo, and by assistant manager and sommelier Cathryn Steunenberg, who was formerly at Chapter One and Ashford Castle

Bearing in mind Bailey’s pedigree, and what the couple are setting out to achieve, there has been considerable interest in the project. “So, does he have a good understanding of the Irish palate?” pinged a message on my mobile as we ate a question from a chef pal, hungry for a taste of what is to come.

The answer to that question can be found in the very first thing that featured on the menu – potato – with cheese and garlic. But not as you might imagine it. Ballymakenny Farm’s Violetta potatoes had been hollowed out and filled with Boyne Valley Bán cream, pickled Drummond House black garlic and scapes.

For the bread course, there was no sign of the ubiquitous sourdough. Instead, Bailey served brown soda bread, based on a recipe in an old Irish cookbook he picked up in a discount store, and made with Ballymore Organics heritage wholegrain flour. On the side was a pat of butter made with organic, raw cream from Owen and Mimi Crawford’s micro-dairy in Co Tipperary

In the succession of intricate, incredibly delicious dishes that followed, a narrative emerged, and it had a comforting familiarity to it. The reason, of course, being that absolutely everything (except the wine), arriving at the table was thoroughly Irish in its origin.

That’s not to say Bailey isn’t making magic with this country’s bountiful larder. Cooking on a domestic Aga, and without access to the usual array of chefs’ tools and toys, he and Downes sent out a succession of mini masterpieces.

Highlights included Lough Neagh smoked eel with aged green strawberry juice, pickled mustard seeds and nasturtium. There was line caught cod from the Wexford coast with chanterelle mushroom and crisp reindeer moss – and a subtle, but dazzlingly effective – pine and blue mussel butter sauce.

The arrival of the mallard ducks, presented whole to the table, was preceded by their hearts, skewered on twigs and served with an emulsion of duck fat. The mallard returned to the table in wafer thin slices, with “honey infused dandelion root, smoked beetroot with rose petal, over-ripe rosehip conserve and mallard bone sauce”.

Newgrange rapeseed ice cream with sea buckthorn, pumpkin juice and pumpkin seed brittle was in danger of being overshadowed by the wine that accompanied it. Killahora Orchards Rare Apple Ice Wine 2017 vintage won’t be bottled until early next year, but an unfiltered sample obtained for the pop-up marked this Co Cork beverage out as one to watch.


First Look: Aimsir restaurant coming to Cliff at Lyons

The first reviews are in – even before the restaurant is built – and they’re resoundingly positive. Aimsir’s time hasn’t quite come, but the clock is ticking, and anticipation is mounting around this new addition to Cliff at Lyons in Co Kildare.

The opening date for the new 24-seat restaurant in the gardens of the hotel has been pushed out to March, but a series of preview evenings – Elements of Aimsir – launches tonight, and a press preview was held last night. Afterwards, the consensus was that this is a very exciting and welcome addition to the Irish dining scene. Tickets for the one-off residency, staged in a cottage on the estate, sold out rapidly.

The premise for the newcomer is unusual. It is being billed as “an all-island restaurant”, with only seasonal ingredients that are native to Ireland being used in the kitchen. That means no lemon, no black pepper, and plenty of other chefs’ building blocks out of reach, too. Even things that are not indigenous, but can be grown here in polytunnels, are out of bounds.

Cornish chef Jordan Bailey, previously head chef at Esben Holmboe Bang’s three Michelin star Maaemo in Oslo, and his Danish wife and front of house manager Majken Bech Bailey, were recruited to set up the restaurant.

The couple have spent the past year traversing Ireland, from coast to coast, north to south, to fill their larder with the best that the country has to offer. They have been meticulous in their research, and have made some ground breaking discoveries. They’ve even managed to find a producer of refined sugar in Co Kilkenny, to supplement the honey their own beehives are contributing.

Elements of Aimsir was billed as “an introduction to Jordan’s cooking and a chance to experience Majken’s hospitality.” Each evening of the pop-up, 10 guests will sit around a circular table in one of the estate’s restored cut-stone cottages, for what is billed as a four-course menu (€100). But with the addition of snacks, a bread course and petits fours, there are many more elements the press preview ran to 10 individual dishes.

Matching wines are from the organic, natural and low-intervention spectrum. Beer – they have struggled to find an Irish organic one they liked – and a dazzling array of complex and creative non-alcoholic juices and ferments dreamt up by Bech Bailey, also feature.

The couple have been joined in the project by newly recruited chef de partie Tom Downes, who worked with Bailey at Maaemo, and by assistant manager and sommelier Cathryn Steunenberg, who was formerly at Chapter One and Ashford Castle

Bearing in mind Bailey’s pedigree, and what the couple are setting out to achieve, there has been considerable interest in the project. “So, does he have a good understanding of the Irish palate?” pinged a message on my mobile as we ate a question from a chef pal, hungry for a taste of what is to come.

The answer to that question can be found in the very first thing that featured on the menu – potato – with cheese and garlic. But not as you might imagine it. Ballymakenny Farm’s Violetta potatoes had been hollowed out and filled with Boyne Valley Bán cream, pickled Drummond House black garlic and scapes.

For the bread course, there was no sign of the ubiquitous sourdough. Instead, Bailey served brown soda bread, based on a recipe in an old Irish cookbook he picked up in a discount store, and made with Ballymore Organics heritage wholegrain flour. On the side was a pat of butter made with organic, raw cream from Owen and Mimi Crawford’s micro-dairy in Co Tipperary

In the succession of intricate, incredibly delicious dishes that followed, a narrative emerged, and it had a comforting familiarity to it. The reason, of course, being that absolutely everything (except the wine), arriving at the table was thoroughly Irish in its origin.

That’s not to say Bailey isn’t making magic with this country’s bountiful larder. Cooking on a domestic Aga, and without access to the usual array of chefs’ tools and toys, he and Downes sent out a succession of mini masterpieces.

Highlights included Lough Neagh smoked eel with aged green strawberry juice, pickled mustard seeds and nasturtium. There was line caught cod from the Wexford coast with chanterelle mushroom and crisp reindeer moss – and a subtle, but dazzlingly effective – pine and blue mussel butter sauce.

The arrival of the mallard ducks, presented whole to the table, was preceded by their hearts, skewered on twigs and served with an emulsion of duck fat. The mallard returned to the table in wafer thin slices, with “honey infused dandelion root, smoked beetroot with rose petal, over-ripe rosehip conserve and mallard bone sauce”.

Newgrange rapeseed ice cream with sea buckthorn, pumpkin juice and pumpkin seed brittle was in danger of being overshadowed by the wine that accompanied it. Killahora Orchards Rare Apple Ice Wine 2017 vintage won’t be bottled until early next year, but an unfiltered sample obtained for the pop-up marked this Co Cork beverage out as one to watch.


Voir la vidéo: Cavernassa syömässä - Jugi Snäppää